Yoga, annulation et opportunité

Les Vitrollais ont dû recevoir une information de la part de la Maison Pour Tous comme quoi les cours de la semaine prochaine ont été annulés. En effet, ayant été positif hier au covid 19 et n’ayant pu trouver un remplaçant, nous avons dû annuler. Après avoir été un peu malade, je suis en bonne forme aujourd’hui. Pour les gens qui sont venus mercredi, sachez que j’étais potentiellement contagieux à ce moment-là.

Je serai donc à l’isolement la semaine prochaine… J’ai décidé d’y voir une opportunité !

C’est l’opportunité de tester enfin le matériel vidéo que j’ai et qui dort dans les placards depuis des mois. Je vais donc, vous proposer semaine prochaine un cours en ligne. J’avais pensé faire un direct, mais ma maison est occupée aux heures des cours. Je vais donc enregistrer un cours et je vous enverrai le lien de la vidéo courant de semaine prochaine…

Hâte de vous retrouver prochainement,

En attendant, comme sur le dessin, continuez à planter des fleurs…

Le mot de votre année : bilan et intentions pour 2022

La fin du mois de décembre est l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée. Pour moi, comme pour beaucoup, ce fut une année particulièrement mouvementée avec de nombreux changements. Gros bilan donc ! Et comme chaque année, l’envie, la nécessité de partir sur de bons rails, de mettre en place de bonnes résolutions pour réaliser mes projets.

Sauf que comme vous le savez, les « bonnes résolutions » du début d’année sont difficiles à ternir et disparaissent souvent comme des feux de paille.

Donc plutôt que des « bonnes résolutions », Clotilde Dusoulier nous propose une vidéo, pour choisir notre « mot de l’année ». D’abord, elle nous invite à nous questionner sur nos besoins, nos désirs et aspirations. Puis à sélectionner un mot qui, comme un mantra, ou un fil d’Ariane, va nous guider et orienter nos décisions, tout au long de l’année.

Regardez sa vidéo et téléchargez le petit questionnaire associé. Cela vous aidera à faire rapidement votre bilan et à trouver votre « mot » pour 2022.

Lien vidéo : https://changemavie.com/mva-validation

Mon mot de l’année

Le mot de mon année est « légèreté » parce que je souhaite m’alléger d’anciens schémas de pensée, de personnes et de vieilles habitudes qui m’alourdissent.   C’est aussi l’idée de s’alléger pour prendre de la hauteur, comme une montgolfière, pour prendre de la distance, non pas pour fuir le monde, mais pour avoir le recul et la distance nécessaire pour prendre les bonnes décisions, en alliant le cœur et la raison, sans céder à l’urgence ou à l’émotion.

J’ai également le souhait de créer des espaces dans ma vie où la légèreté à toute sa place. Sanctuariser des plages de temps dans mon agenda. Du temps dédié à rien ou à la création, du temps pour l’improvisation, sans direction préalable, à l’image d’une plume blanche et légère qui se laisse porter au grès du vent. Enfin, de la légèreté, pour prendre les choses moins au sérieux, relativiser, pour rire avec les autres et rire de moi-même.

Tout un programme… qui commence avec vous à partir du 3 janvier !

A la rentrée, je vous invite à une pratique de « méditation active » pour incarner nos intentions et notre « mot » dans le corps et l’esprit. Nous pourrons ainsi « ancrer » nos intentions et instaurer l’état d’esprit nécessaire à nos projets et à la réalisation de nos aspirations profondes.

Et vous, quel est votre mot pour 2022 ? dites-le-nous dans les commentaires, en bas de cet article.

Rituel Yoga : Comment pratiquer facilement à la maison tous les jours ?

“ Je n’ai pas le temps de pratiquer le Yoga…”, « je suis trop fatigué le soir en rentrant à la maison »,  « Je n’arrive pas à me motiver quand je suis seule à la maison…” 

Voici quelques phrases que j’entends souvent. Moi aussi, je me suis longtemps répété ces phrases. Ne vous blâmez pas, ce n’est pas toujours évident de trouver et de conserver la motivation. Notamment au début, quand on ne sait pas par quoi commencer.

Pourtant le Yoga a tellement de bénéfices ! L’intégrer dans son quotidien est vraiment merveilleux aussi bien pour le corps, le mental que l’esprit.

Voici donc 5 conseils pour pratiquer facilement en créant votre propre rituel Yoga quotidien. Je vous livrerai ensuite ma propre routine matinale.

1°) Commencez de la façon la plus facile possible

Dans la tête de beaucoup de gens, la pratique du Yoga doit être complète et durer minimum 1h. Pas la peine de viser la perfection ! Dans la réalité, une pratique de 5 à 10 minutes a déjà un effet significatif… Si c’est tous les jours.

Commencez par 5 minutes, et faites-vous plaisir ! Au départ, faites les pratiques et les postures que vous aimez, celles qui vous procurent le plus de bien-être.  Une fois que l’habitude sera ancrée, vous augmenterez naturellement la durée.

N’oubliez pas que le plaisir est aussi l’un des principaux éléments de motivation. En vous basant uniquement sur la volonté, vous prenez le risque de voir s’envoler rapidement vos bonnes résolutions.

2°) Se rappeler pourquoi on pratique le Yoga

Il y a tellement de raisons de pratiquer, mais chacun à ses motivations personnelles :

« Être en bonne forme, avoir plus d’énergie, se recentrer, gérer son stress, élever sa conscience, progresser spirituellement, développer ses perceptions, augmenter sa concentration, gérer ses émotions, vieillir en bonne santé, être beau ou tout simplement souffler et se relaxer…. »

Quel que soit votre motivation et les bénéfices que vous recherchez, rappelez-vous cela régulièrement.  Dans les moments où c’est difficile de démarrer, prenez quelques instants au début de votre séance. Connectez vous aux bienfaits et aux objectifs de votre pratique. Cette connexion peut se faire en pratiquant la « gratitude » pour les bienfaits que vous procure votre Yoga. C’est le sujet que nous allons voir dans le point suivant.

3°) Commencer la journée sur une note positive : La pratique de la gratitude

C’est ma toute première activité de la journée ! Pour entrainer le cerveau à voir le positif, exercez-vous à identifier et noter chaque jour 3 à 6 choses positives par jour. Cela peut être des plaisirs simples comme le compliment d’un collègue, un coucher de soleil, le fait d’être en bonne forme, le sourire d’un enfant ou une belle rencontre…  Des choses qui vous ont apporté du bonheur, qui vous ont appris quelque chose ou qui vous ont fait évoluer. Ensuite, remerciez (la vie, vous-même, Dieu, l’Univers, les autres… selon vos propres croyances et votre situation). Remercier peut se faire mentalement, à voix haute, ou par écrit, ce qui est encore plus puissant.

Les recherches en psychologie positive montrent que notre cerveau a tendance à s’habituer au positif. Par ailleurs, la société actuelle nous pousse à rechercher toujours plus, que ce soit « avoir plus » , ou « être plus ». La plupart des gens deviennent ainsi d’éternels insatisfaits. La pratique de la gratitude nous amène à porter plus d’attention aux évènements positifs du quotidien. Nous apprenons à mieux identifier les choses qui nous apportent réellement du bonheur, et donc à faire en sorte qu’elles se répètent. Nous savourons mieux les évènements positifs quand ils arrivent, mais également une seconde fois, lorsque nous nous les remémorons lors de la pratique.

A la longue, cet « entrainement» à voir le positif et à identifier les petits bonheurs de la vie provoque un véritable changement dans votre état d’esprit. C’est une pratique idéale pour commencer sa journée de bonne humeur.

Dans certains Ashram, une séance collective de gratitude est organisée chaque matin. Nous faisons un cercle et chacun à son tour, à voix haute, nous exprimons notre gratitude. Athée ou croyant, c’est l’occasion d’un partage à cœur ouvert, que ce soit pour célébrer la réussite d’un projet ou des choses aussi banales que « remercier un collègue », « remercier la nature pour la chaleur du soleil », ou parfois partager des sentiments très personnels. Remercier et voir s’exprimer la gratitude des autres me met toujours de bonne humeur et instaure une connexion positive avec les autres.

4°) Ritualiser votre pratique

En pratiquant tous les jours à la même heure, au même endroit, vous programmez votre cerveau plus facilement en vue de créer une nouvelle habitude.

La création d’une routine est ce qui vous permet, à un moment donné, de ne plus avoir à penser de façon consciente à faire votre rituel. Cela devient naturel, comme se laver les dents ou boucler sa ceinture de sécurité en vous asseyant dans votre voiture.

Le meilleur moment est sans doute le matin pour se centrer et se mettre dans une bonne vibration avant d’aborder toute activité.

Avoir un lieu réservé à la pratique est aussi un élément important. Néanmoins, lors de déplacements ou bien si on habite un petit appartement, c’est parfois compliqué. On ne dispose pas toujours d’un endroit dédié uniquement à la pratique. Vous pouvez alors commencer votre pratique en posant un acte symbolique. Choisissez une action qui a du sens pour vous , comme :

  • Allumer une bougie (symbole de la lumière et la conscience)
  • Placer une photo, un portrait ou une image inspirante devant vous, que vous pourrez enlever ensuite
  • Allumer un bâton d’encens pour purifier l’atmosphère
  • Faire sonner une clochette, etc.

5°) Créer une chaine ininterrompue

Le point le plus important pour ancrer votre rituel est de le faire TOUS LES JOURS.

En le répétant jour après jour, vous créez une chaine ininterrompue de journées durant lesquelles vous faites votre rituel. Plus cette chaine est longue, plus elle est solide et plus votre habitude sera ancrée et fiable.

Oui, je vous entends. Ok, Il y a des jours où cela est difficile, où vous serez malade, sans motivation ou en retard. Même dans ces cas, prenez juste alors 1 minute, pour ne pas briser la chaine et rester fidèle à votre intention. Un maillon de la chaine saute et en la brisant, vous multipliez les risques de ne jamais fixer votre habitude.  Dans le paragraphe suivant, vous verrez que même en 1 minutes vous pouvez faire une pratique profitable.

Mon rituel quotidien

Personnellement, je commence chaque journée de la même manière. Je vous livre mon « secret » pour commencer ma journée de bonne humeur :

  1. Je me lève et je bois un grand verre d’eau. Après 7 à 8 heures de sommeil, le corps a besoin de s’hydrater et la meilleure boisson pour cela, c’est H2O (de l’eau pure à température ambiante, pas sortie du frigo !).
  2. Je m’assoie sur mon coussin de méditation et m’incline pour saluer le Divin
  3. Je remercie Dieu pour les évènements positifs qui me sont arrivés la veille. Puis je remercie pour les choses plaisantes que j’expérimente ou vais expérimenter dans ma journée à venir. 
  4. Un moment de « silence » (méditation ou prière) de 5 minutes à 20 minutes
  5. Pratique corporelle pendant au moins 12 minutes : du Yoga… mais pas que !  Avant de commencer, je passe par une phase nécessaire d’introspection pour écouter ce dont j’ai besoin. J’alterne environ 1 jour sur 2 entre Yoga et exercices cardios très dynamiques, notamment du HIIT (High Intensity Interval Training). J’aime l’alternance des pratiques Yin (yoga lent, orienté « perception/introspection ») et très Yang (sportif et très dynamique). Cette alternance équilibre mon énergie et mon humeur.

Je pratique tous les matins, même si je n’ai vraiment pas envie ou si je me suis réveillé en retard. Au pire, je pratique seulement 1 minute et ce n’est pas grave ! Ma séance se résume alors à : saluer, remercier 3 fois, méditer sur 3 respirations conscientes et 30 secondes dans la posture « Uttanasana » (la pince debout). La durée n’a pas tant d’importance que la régularité et l’intention.

Pratiques additionnelles

Je rajoute parfois d’autres pratiques en fonction de mes besoins comme :

  • Une phase de visualisation lorsque je dois accomplir quelque chose d’important dans ma journée. Je m’imagine alors en train de réaliser la tâche dans le détail. Je visualise également comment je suis émotionnellement. Puis je me vois réussir en étant calme et confiant.  
  • Si je manque d’énergie, si j’ai froid ou si j’ai du mal à me réveiller, je pratique la respiration « Kapalabhati» pour oxygéner le cerveau et faire circuler l’énergie : coup de boost assuré.

Ne me croyez pas et expérimentez !

Je vous invite maintenant à être créatif et à inventer votre propre rituel.  Un rituel quotidien qui vous parle et qui est du sens pour vous… et bien sûr de le faire chaque jour ! Vous sentirez une nette différence dans votre quotidien en à peine 3 semaines.

Des remarques ou des questions ? Vous avez déjà votre propre rituel personnel ? N’hésitez pas à déposer un commentaire en utilisant le formulaire ci-dessous.

Ancrage & puissance : Yoga à Aix Les milles, jeudi 21/10

Nous pratiquerons en extérieur une séquence de 26 postures puissantes pour travailler notre ancrage à la terre, notre stabilité physique, mentale et émotionnelle. Ouverts aux débutants. Si vous êtes frileux , en fonction de la météo, prévoir d’apporter des chaussettes de Yoga antidérapantes (ex : Chaussette de Yoga chez Décathlon).

Tarifs :

  • Cours d’essai OU Client Spotee : 10 €
  • Carte de 10 cours : 12 € / cours
  • Cours à l’unité : 15 €

Horaire : 12h30 à 13h30

Lieu : Spotee Aix, 735 Avenue de Lieutenant Parayre, espace Valette 13290 Aix-en Provence

Matériel : Merci d’amener votre tapis de Yoga

Merci de m’envoyer un SMS au 06 73 58 20 27 pour réserver et vous prévenir en cas d’imprévus.

Merci de partager le lien de l’évènement sur Facebook : https://fb.me/e/1Q6WAIqrP

Yoga en extérieur à Spotee Eguilles, Mardi 12/10

Je vous invite à une pratique de Yoga en extérieur à Eguilles, le Mardi 12 octobre, entre midi et deux pour un instant convivial. Ouvert à tous, même aux personnes qui ne sont pas souples !

Je proposerai une série de postures et d’enchainements, orientée pour les personnes qui travaillent sur un bureau ou devant un écran d’ordinateur. Après une première partie « dynamique », si le cœur vous en dit, nous pourront continuer avec une petite séance de méditation en mouvement.

C’est l’occasion de couper la journée et de repartir plein d’énergie pour bien commencer l’après-midi. Vous pourrez également en profiter pour découvrir Spotee, un espace idéal pour le coworking « autrement ».

Tarif : participation libre en conscience
Horaire : 12h30 à 13h30
Lieu : Spotee Eguilles, ZI des Jallassière 105 chemin des Valladets 13510 Eguilles
Matériel : Merci d’amener votre tapis de Yoga. Le yoga se pratique pieds nus ou avec des chaussettes anti-dérapantes.

Merci de m’envoyer un SMS au 06 73 58 20 27 pour réserver et vous prévenir en cas d’imprévus.

Vous pouvez partager l’évènement sur facebook : https://fb.me/e/2XOvNIWsh

Comment stopper les pensées pendant la méditation ?

Un élève m’a récemment expliqué qu’il avait trop de pensées durant la méditation et m’a demandé comment faire pour ralentir le flux de ses pensées.

La première chose à savoir c’est qu’il est impossible d’arrêter complètement les pensées. Le cerveau est par nature conçu pour produire des pensées. Mis à part une lobotomie, je ne vois pas comment arrêter durablement le flux de vos pensées !

Il est donc normal, quand on débute la méditation, d’avoir de nombreuses pensées qui se bousculent et qui peuvent même tourner en boucle. Voici quelques conseils pour apaiser le mental et créer plus d’espace entre chaque pensée.

Faire de son mental un ami

Il ne sert à rien d’entrer en lutte avec son mental avec des pensées comme « je dois arrêter de penser », « je dois maitriser mon mental » ou « j’ai un mental trop agité ». Le mental est un outil puissant et utile quand il est au service de la conscience. Et si vous le considériez donc comme un ami ?

Ma proposition est donc de tout simplement accueillir vos pensées et vos émotions. N’ayez aucun jugement sur vos pensées ou bien sur votre façon de les accueillir, juste accueillez !

Imaginez votre mental comme un beau ciel bleu avec quelques nuages. Il est impossible de chasser les nuages par la volonté, vous ne pouvez que les regarder et attendre qu’ils passent. Imaginez que vos pensées sont comme ces nuages. Contemplez-les et laisser les traverser le ciel de votre mental, puis revenez à votre objet de méditation.

Pratiquer avec l’effort juste

Le cerveau est un muscle, comme toutes les compétences, la méditation s’acquiert par la pratique. Si vous décidez de vous mettre à la course à pied, vous n’allez pas commencer par courir un marathon. Donc commencez par de petites sessions, ne serait-ce que 2 minutes. Il vaut mieux commencer avec des séances, de quelques minutes, mais tous les jours, plutôt que 3 séances d’une heure pendant 3 jours et ensuite tout abandonner, car c’est trop difficile. Avec la régularité, l’activité mentale va progressivement se stabiliser.

Ritualiser la pratique

Au départ, avoir un endroit précis et dédié, ainsi qu’un horaire fixe (comme le matin, avant le petit déjeuner, pour ma part), peut aider à instaurer la pratique. On peut aussi ajouter des actions de préparation comme allumer un bâton d’encens, faire sonner une clochette ou réciter un mantra.

La visualisation

Si le mental est agité, on peut commencer la pratique par une visualisation. Il peut être utile de s’imaginer dans un « endroit sûr » ; cet endroit peut exister, et être un lieu où vous vous sentez calme et en sécurité. Il peut être également complètement inventé. Vous pouvez également visualiser une situation du passé où vous vous sentiez calme et détendu.

Concentration sur la respiration

Bien souvent, on conseille de prendre la respiration comme objet de méditation. On peut alors se concentrer sur les sensations corporelles liées à la respiration. Dans de nombreux livres, on conseille de se concentrer sur la sensation de l’air qui passe au niveau des deux narines. Pour ma part, cela n’a jamais fonctionné, je préfère me concentrer sur la sensation et les mouvements au niveau du ventre générés par l’inspiration et l’expiration.

Utiliser un mantra

Pour certains, la répétition d’un mantra peut être un support temporaire ou bien définitif. Cela consiste à répéter en boucle une syllabe ou une phrase ayant un sens pour vous. Vous pouvez soit utiliser des mantras célèbres comme «Om Namo Narayanaya» (hindouiste) ou « Om mani padme hum » (bouddhiste),  ou bien en créer vous-même, dans votre langue natale comme « Je suis calme et détendu ». La répétition va concentrer le mental et donc éloigner les pensées parasites.

Tenir compte de son état mental

En cas de troubles mentaux ou en cas notamment de dépression, il peut être contre indiqué de pratiquer la méditation, notamment si vous pratiquez seul. Si vous souffrez de dépression, il pourrait être plus adapté de privilégier des pratiques dynamiques comme la « salutation au soleil » ou d’autres exercices cardios comme le HIIT (Hight Intensity Interval Training). Ayant vécu moi même une dépression, j’ai constaté que dans les moments les plus sombres, la méditation n’était pas appropriée. Ce sont le Yoga dynamique, le HITT, ainsi que les promenades dans la nature qui m’ont été les plus profitables.

Postures de Yoga préparatoires

Certaines postures de Yoga ont un effet calmant sur le système nerveux, et tout particulièrement les flexions avant. Je propose souvent de telles postures à la fin de mes cours, juste avant la méditation finale pour apaiser le flux des pensées.  Les flexions avants comme « Paschimottanasana » ou « Janusirsasana » qui sont très efficaces (voir photos ci-dessous).

Paschimottanasana
Janusirsasana

Conclusion

En suivant ces conseils, l’espace entre vos pensées va progressivement s’agrandir au fur et à mesure que la fréquence de vos ondes cérébrales diminuera.

Il se peut alors qu’un signe apparaisse, signe de la modification de votre état de conscience (cela peut être visuel, comme l’apparition d’une lumière ou bien être une sensation corporelle). Pour ma part, je ressens alors comme des picotements accompagnés d’une sensation de relâchement des muscles. Si je poursuis alors la pratique, au bout de quelques temps, il m’arrive fréquemment que des intuitions ou des pensées « nouvelles » me viennent spontanément. Ces idées apportant des solutions à des problèmes que je me posais bien avant le début de la pratique.

Yoga dynamique , Mardi 28/09 à Aix Les Milles

Je vous invite à une pratique de Yoga en extérieur à Aix en Provence, le Mardi 28 septembre, entre midi et deux pour un instant convivial. Ouvert à tous, nous pratiquerons ensemble un Yoga dynamique. Je proposerai une série de postures et d’enchainements, orienté pour les personnes qui travaillent sur un bureau ou devant un écran d’ordinateur.

Ce sera l’occasion de couper la journée et de repartir plein d’énergie pour bien commencer l’après-midi. Vous pourrez également en profiter pour découvrir Spotee, un espace idéal pour le coworking « autrement ».

Tarif : participation libre en conscience

Horaire : 12h15 à 13h15

Lieu : Spotee Aix, 735 Avenue de Lieutenant Parayre, espace Valette 13290 Aix-en Provence

Matériel : Merci d’amener votre tapis de Yoga

Merci de m’envoyer un SMS au 06 73 58 20 27 pour réserver et vous prévenir en cas d’imprévus.

Le Yogi et la fourmi

On peut le dire : j’étais en guerre contre les fourmis. Suite à leur invasion surprise dans mon jardin et au ravage de mon gazon, j’ai déterré la hache de guerre :

D’abord, en « bon Yogi », j’ai commencé par la méthode pacifique, en tentant de les éloigner avec des répulsifs naturels comme du purin de sauge fait maison, pour ensuite monter progressivement dans la violence en commençant par des répulsifs chimiques : inefficaces. J’ai donc tenté successivement de les noyer, de les empoisonner avec de la chimie (appâts, glues et autre poudres), jusqu’à détruire physiquement leur fourmilière à coups de binette acharnés , ce qui n’a pas manqué de bousiller une partie de mon gazon et de me faire perdre au passage 5 points de Karma supplémentaires. Oui, je dis bien « coups de binette acharnés » car c’était pendant le confinement : j’étais en colère et comme toujours, il fallait un responsable. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai décidé de faire payer les fourmis !

Je pensais avoir gagné la partie car cela faisait plusieurs mois que je n’avais plus vu de fourmis dans mon jardin.

Ce matin, je sors sur ma terrasse, il fait beau et je commence donc ma pratique de Yoga quotidienne.

Je suis en préparation pour faire la posture du « V inversé ». Je suis allongé sur le ventre, au sol, sur la terrasse de mon jardin. Et je vois alors, juste sous mon nez, une longue file de fourmis, qui transporte de la nourriture d’une extrémité à l’autre de mon jardin, en traversant de manière éhontée ma terrasse (voir photo ci-dessus, pour preuve du délit).

Et là, après un grand soupir, je m’incline, rendant hommage à leur incroyable capacité de résilience, leur résistance et leur capacité à agir de manière unie, cohérente et coordonnée.

Dans cette posture d’humilité, allongé de tout mon poids sur le sol, je ressens alors un sentiment de respect pour ces petits insectes qui peuplent la terre depuis 140 à 168 millions d’années. C’est à dire bien avant nous, l’apparition des premiers hommes datant seulement de 300 000 à 200 000 ans.

Il faut dire que leurs capacités physiques sont hors norme, leur système de communication extrêmement élaboré et rapide (échanges de phéromones), leur intelligence collective est surprenante. Il découle de tout cela une incroyable capacité d’adaptation à travers les âges.

Donnez un coup de pieds dans une fourmilière et vous verrez ce qui se passe : chaque individu s’active instantanément pour répondre à la situation. Les combattantes, les ouvrières, les nourricières : toutes se concentrent sur leur mission dans le but ultime de sauver la fourmilière.

Quelle inspiration pour nous, en cette période trouble où règne la peur et l’égoïsme, chacun estimant être la victime d’une situation injuste ou autrui est toujours le responsable. Notre fourmilière est en train de brûler, et nous nous regardons le nombril !

Pendant que je reprends mon souffle, une fourmi, curieusement plus grosse que les autres, vient dans ma direction, quittant la longue traînée noire formée par les autres fourmis. Elle s’approche de mon visage, peut-être pour me souffler à l’oreille l’idée qui me vient ensuite :

« L’action concentrée, dans un esprit d’unité, permet de soulever des montagnes… et de sauver la fourmilière ! »

Voici comment j’ai interprété cette idée en faisant le parallèle avec le Yoga :

« L’action concentrée », c’est « se concentrer sur l’action et non sur le fruit de l’action »  (un concept clé du livre de la Bhagavad-Gita si chers aux Yogis). Si je me concentre sur le fruit de l’action (le gain ou la perte financière, une rupture, l’approbation ou le jugement des autres, etc.), mon esprit est tendu et mon action en est teintée, je vis dans alors dans un futur que je ne contrôle pas et qui n’existera peut-être jamais.

Si je me concentre pleinement sur l’action, sans en attendre les fruits, je suis détendu et je vis dans le présent. Je peux donc prendre plaisir et savourer l’instant présent. Par ailleurs, je suis plus efficace, j’ai donc plus de chance d’atteindre mon objectif.  D’autre part, mon action est teintée par la Présence, les autres le ressentent et il s’en dégage de la joie et de l’unité. Enfin, quand je suis intensément concentré sur l’action, toute peur disparait.

« L’esprit d’unité », c’est arrêter de penser que nous sommes tous séparés et tous différents. Nous faisons tous face aux mêmes peurs (notamment la peur de mourir, que ce soit la mort physique ou celle de l’ego). En réalité, nous sommes tous connectés les uns aux autres, à un niveau ou à un autre, ne serait-ce que parce que nous avons les mêmes besoins essentiels et la même maison, la Terre.

Réaliser ces deux aspects du Yoga est un long travail de fourmis ! Pour ma part, c’est encore loin d’être le cas tout le temps. Comme tout le monde, je suis soumis aux nombreuses distractions liées au monde moderne. Par ailleurs, l’esprit de division, diffusé notamment à travers les médias ou les réseaux sociaux n’a jamais été aussi présent et a atteint des sommets avec la crise du Covid.

Même si ce n’est pas facile, c’est une victoire, un instant de joie et de grâce, à chaque fois que ces deux aspects sont présents dans ma vie. Une chose est sûre, la pratique régulière du Yoga, est l’une des voies précieuses pour y accéder.

Et puis si les fourmis y arrivent, pourquoi pas nous 🙂